Mur d'études préparatoires

2018

Présentée dans le cadre d’une exposition au centre national d’exposition de Jonquière, cette installation de papier rassemble près de 200 ébauches, dessins, collages, photographies, notes, recherche et théorie sur le froissement et sur le pli. On y retrouve principalement des croquis sur d’anciens tableaux de l’histoire de l’art qui utilisaient des drapés comme composition dans des natures mortes.

 

Je m’intéresse ici aux formes abstraites que le pliage et le froissement peuvent suggérer par omission de certains éléments d’une image. C’est après avoir beaucoup travaillé le drapé en recouvrant des objets de tissu que j’ai commencé à m’intéresser aux compositions devenant abstraites. Je reprends donc des tableaux des périodes néo-classique et romantique, peints au 18e et 19e siècle, mais en ne représentant que leurs drapés. Ces éléments, bien souvent mis aux 2e ou 3e plans, se retrouvent maintenant comme sujet principal dans mes tableaux et dessins. Le drapé prend ici un aspect de forme abstraite, mais laisse entrevoir quelques contours, des objets figurant dans les toiles d’origine, ces fantômes que notre oeil tente tant bien que mal d’identifier. Leurs contours, parfois découpés à vif, permettent de simuler une composition intéressante proposant divers dialogues. Ces drapés pouvaient parfois faire partie d’une composition complexe; soit dissimulés par des personnages ou faisant partie de grands décors théâtraux ou tout simplement dans une nature morte entourant quelques fruits.

 

Cette pratique artistique permet de revisiter plusieurs tableaux oubliés de l’histoire de l’art qui ont parfois marqué leur époque. Elle redonne vie aux fantômes du passé (aux anciennes peintures), créant un pont avec l’art actuel. Ce qui m’intéresse, ce sont particulièrement les formes que ces drapés révèlent une fois que tout est effacé autour. On a l’impression que ces drapés dissimulent maintenant des objets précieux. Il y a ici un basculement d’un objet anodin (papier, drap, couverture, mouchoir) vers un objet intrigant où des anamorphoses se créent.

Installation présentée au Centre national d'exposition de Jonquière, 2018